Capteurs solaires

Les ressources naturelles d’énergie, dont on utilise chaque journée, comme le charbon ou le pétrole se vident et se finissent progressivement. L’énergie solaire, pratiquement inépuisable, est pour eux une alternative. Son utilisation, dans le court temps, peut devenir de plus en plus courant, grâce à ses coûts réduits et aux subventions probables.

Capteurs solaires

Comme Reuters dit, dans 2010 an, la puissance qui coule des installations solaires, a augmenté de 120%. Europe est toujours un leader dans le développement de la science de photovoltaïque (la domaine qui étudie la transformation de la lumière du soleil en énergie électrique), mais la Chine et le Japon sont aussi dans la première dizaine des pays qui utilisent l’énergie solaire.

Dans 2007, on a apporté le projet „Desertec” à la vie, qui prévoit la construction des centrales solaires sur Sahara et, jusqu’à 2050, on suppose de couvrir même 15% de demande d’électricité en Europe.

Mais qu’est-ce qu’on peut faire si on veut vivre économiquement et écologiquement même maintenant ?

La solution peut être les capteurs solaires. Leur principe de fonctionnement est très simple. Le soleil chauffe l’absorbeur (ici, se sont les photopiles, alors les piles photovoltaïques placées en série), qui absorbe le rayonnement solaire et il le change en chaleur.

Ensuite le caloporteur chaud se chauffe, qui est en contact avec l’absorbeur, et il passe par le collecteur. Le plus souvent on utilise le liquide antigel, comme la solution de glycol.

Quand la température du liquide dans les capteurs serait plus haute que celle de l’eau dans le réservoir, le conducteur allumerait la pompe circulatoire. Le liquide chauffé serait repoussé dans le serpentin qui se trouve dans le réservoir et il redonnerait le chaleur à l’eau. Ensuite, il est poussé aux capteurs solaires de nouveau pour les chauffer aussi de nouveau.

Les entreprises offrent deux types de capteurs basiques – les plats et les tubes solaires.

A cause de sa prix essentiellement , c’est un capteur plat qui est le plus populaire. Son vice est une efficacité énergétique un peu diminuée et la perte du chaleur plus vite que dans le capteur avec des tubes solaires.

Dans le capteur plat il y se trouve l’absorbeur du rayonnement solaire qui est lié avec des tubes en cuivre, dans lesquelles se trouve le liquide caloporteur. L’absorbeur est constitué d’une panneau en acier, en cuivre, en aluminium ou bien du matériel artificiel, couverte d’une couche légère, augmentant l’efficacité d’absorption du rayonnement solaire.

De l’extérieur, le capteur est protégé d’une vitre fait du verre trempé, téflon ou du matériel transparent, qui le protègent contre les facteurs atmosphériques. De plus cette vitre arrête le rayonnement à l'intérieur du collecteur, ce qui permet d’obtenir la température plus haute du liquide caloporteur. Du bas, le collecteur est protégé d’une couche d’isolation thermique, qui empêche le transfert du chaleur à l’extérieur.

Les capteurs plats peuvent être utilisés pendant toute l’année, mais leur meilleure efficacité est entre l’avril et septembre.

Les collecteurs avec des tubes solaires sont plus efficaces mais aussi ils sont plus chers . Ils sont très efficaces grâce à l’application des tubes en verre plus avancées technologiquement. Ils utilisent même le rayonnement direct que le rayonnement dispersé, alors ce qui passe par la couche fine des nuages. Alors, ils fonctionnent même pendant les jours nuageux et pendant l’hiver.

Les capteurs solaires peuvent être montés en toiture et en prairie – sur le support. Pourtant, pour obtenir les meilleurs effets, il faut rappeler que les panneaux solaires doivent être pointés vers le sud et, naturellement, doivent être montés dans l’endroit ensoleilles